PROJET ÉLÈVE : création d’une campagne de publicité – 1ère année de Bachelor

PROJET ÉLÈVE : création d’une campagne de publicité – 1ère année de Bachelor

En première année de BACHELOR, nos élèves étudient bien évidemment le Design Graphique de façon technique, mais pas que. L’approche philosophique et conceptuelle du Design prend tout son sens lorsqu’il est question d’une campagne de communication produit. C’est justement cette globalité qui était recherchée dans le projet que vous allez découvrir. Une composition basée sur la réalité virtuelle pour mettre dans le bain nos futurs Designers de demain !

Nous avons demandé à nos élèves de première année de BACHELOR de créer une identité visuelle complète pour promouvoir le lancement d’un voyage virtuel singulier. Un sujet technique qui demande beaucoup de réflexion et d’analyse, au-delà de la création elle-même. On aborde un concept universel “le voyage”, en s’appuyant sur les nouvelles technologies “la virtualité”, le tout basé sur un principe singulier “chaque voyageur doit vivre une expérience unique”.

On vous emmène avec le projet d’Olivia qui a développé une campagne de publicité pour la société REKALL.

Bon voyage !

AAA-LOGO-REKALL-CAMPAGNE-PUB-DESIGN-GRAPHIQUE-0520

Premières idées…

● Thème : Réalité Virtuelle

Brainstorming : High-tech, ordinateur, console, jeux vidéos, 3D, imagination, vie quotidienne, expérience,

● Thème : Souvenirs et voyage

Brainstorming : Joie, enfance, sentiments, plaisir, famille, courir,

● Les questions posées au client :

Qu’est-ce que vous aimeriez revoir ? Quels sont vos meilleurs souvenirs ? Vos goûts, photos de vos proches, lieux visités etc..

On cherche également à savoir si le client regrette une partie de sa vie ou s’il voudrait revoir un proche décédé.

● Le média :

Dans une publicité de 2 minutes, les transitions entre les différents plans et les différentes scènes sont importantes afin de captiver les spectateurs tout le long de la pub.

Une publicité de cette longueur va pouvoir raconter une histoire ce qui permet au spectateur de se plonger dans l’univers et de ressentir l’émotion du personnage.

● Construction de l’univers de la publicité :

Le personnage sera un homme âgé d’une cinquantaine d’années afin que les spectateurs (hommes ou femmes) visés puissent s’identifier. Le physique de l’homme ainsi que ses vêtements seront passe-partouts, d’un style casual et simple.

Les souvenirs ainsi que l’imagination du client vont donc créer un monde de toutes pièces. Dans la publicité, afin qu’un nombre important de spectateurs se reconnaissent, les éléments clés de la pub devront être flous (donc pas de personnages célèbres, pas de firmes connues du grand public ou d’endroits trop reconnaissablent comme par exemple : Paris et sa Tour Eiffel).

Voici une liste de ce qui pourrait apparaître dans la publicité :

– Animaux domestiques

– Animaux sauvages (zoo, safari, balade sur un ours..)

– Nature (jardin, parc, forêt..)

– Parc d’attractions

– Maison d’enfance/de campagne

– Beau temps ensoleillé

– Orage, pluie

– Fruits

– Un plats

– Famille

– Amis

– Lieu de vacances (plages, montagnes..)

– Une célébrité fictive

– Un personnage de bande dessinée, jeux vidéos…

● L’esthétisme de la publicité :

La pub devra communiquer un sentiment de nostalgie et de cocooning.

Ainsi la simulation sera représentée de façon onirique, douce, agréable et parfois farfelue.

On ne souhaite pas que le spectateur se perde avec trop d’informations donc les différentes “scènes” seront lisibles et sentimentales. La 3D de la simulation sera présente dans la publicité mais reproduira plus la réalité afin d’embellir et de mieux vendre le produit.

● Idée de base pour l’histoire :

La simulation présentée donnera une impression de perfection. Au début, on peut voir l’homme dans son rentrant dans son appartement après une journée difficile, ensuite, il va dans sa chambre et on y voit des objets de sa vie quotidienne ainsi que des souvenirs (fleurs séchées sur un carnet, photo de lui et de ses parents, poster de son super-héros favoris, dessin de son chien de quand il était petit, ticket pour un parc d’attractions, bracelet d’une petite amie…) autour de lui.

Il pose ses affaires près de son bureau (on voit donc ses mains, légèrement ridés indiquant son âge) et au moment où il s’écroule sur son lit, on voit au bord du lit (sans trop vouloir montrer le produit) la boîte du casque vr et la combinaison. Il ferme les yeux, “s’endort” puis se réveille dans sa chambre de quand il était petit. La pub est à présent filmée à la première personne pour voir à travers les yeux du personnage qui utilise le casque. Il se lève et regarde ses mains qui sont douces et petites, comme celles d’un enfant (lors d’une simulation en vr il est plus rare de voir ses pieds et le restant de son corps, le décor étant le plus important). Puis il ouvre sa porte et se retrouve dans le jardin de sa maison d’enfance.

Le jardin est magnifique, fleuri, etc. Il se dirige vers la barrière pour sortir puis à ce moment même, il se retrouve dans son parc d’attractions favoris, mais encore plus grand et époustouflant (la machine se basant sur le souvenir et non la réalité, celle-ci est perfectionnée et déformée pour que l’expérience soit meilleure).

Il court (la fluidité de la pub est importante donc il ne peut pas rester à la même place) puis il y a de l’orage. Les nuages sont menaçants et il commence à venter, mais au moment où la pluie tombe (ascenseur émotionnel), le chien du personnage aboie et arrive à ses pieds. L’homme prend une balle par terre et la balance au chien. Tout en jouant avec le chien, le personnage marche dans une flaque d’eau et tombe dans de l’eau très profonde. Il remonte à la surface et se retrouve à la mer. Il nage jusqu’au bord de la plage puis entend un rire familier, celui d’une fille qu’il avait beaucoup aimé. Elle lui tend la main puis il la prend et la jeune fille l’emmène courir sur le sable chaud, elle le lâche car ils sont essoufflés.

La jeune fille fait un signe de la main à quelqu’un derrière lui et il se retourne ; c’est sa célébrité/personnage favori. Il sourit et puis on le voit sur une terrasse avec la célébrité, en train de boire un jus d’orange. Il se fait tard et l’homme entend une voix appelée son nom. Il se lève et ne voit plus la célébrité, il marche jusqu’à l’entrée de sa maison et y voit ses deux parents qui l’attendent. Il vient vers eux et les sert dans ses bras. Il rentre dans la maison puis, fondu en noir.

Il se réveille avec le casque sur les yeux, il l’enlève puis il se lève.

Il y a un plan sur son bureau avec la photo de ses parents et lui en train de sortir de la chambre.

Puis un plan sur un couloir où il y marche avec un miroir long sur l’un des murs. Il se regarde, un sourire légé qui se grandit. Puis il part et le logo Rekall apparaît dans le miroir.

Rectifications : la scène avec la célébrité sur la terrasse est remplacée par l’apparition du personnage de dessin animé Goldorak (années 70) qui apparaîtra derrière l’homme, étant bien plus grand que lui cela le surprendra, mais le robot est très gentil et fait monter l’homme sur sa main pour l’emmener se balader.

● Problématique :

La simulation est-elle dangereuse pour le consommateur ?

Les inconvénients sont aussi à prendre en compte dans notre démarche créative, mais ils ne doivent pas pour autant empêcher les spectateurs d’acheter le produit.

Les inconvénients liés à la réalité virtuelle sont ceux que l’on pourrait reprocher aux jeux vidéo, comme les effets nocifs des écrans et de la simulation sur le cerveau et sur les yeux, la fatigue, l’énervement voir même la psychose, la dépression, etc. Le monde virtuel peut devenir une drogue étant une échappatoire pour celui qui profitera de l’expérience.

L’inconvénient majeur de la réalité virtuelle pour le consommateur est celui de devoirs se séparer de la simulation afin de ne pas avoir de répercussions sur sa santé. Prenons en exemple une femme qui revoit sa fille décédée il y a quelques années, dans la simulation ; devoir abandonner une nouvelle fois un proche (même si la satisfaction de la revoir est importante) peut également déprimer le consommateur. Le but étant qu’il ressorte de la simulation comme ayant vécu une expérience incroyable.

Ainsi, le client devra être forcément accompagné d’un membre de Rekall afin de profiter de son expérience sans débordements et sans risque de se blesser.

● Objet marketing en plus :

J’ai choisi un jouet des années 70 assez représentatif de l’enfance de l’époque : le view-master

AAA-view-master-PROJET-ELEVE-DESIGN_GRAPHIQUE

C’est des lunettes que l’on met sur les yeux et où, en appuyant sur un bouton sur le côté, les images figurants sur un carton rond (transparentes pour faire passer la lumière) apparaissent devant les yeux de celui qui jouait avec. Il y avait de nombreux choix d’images et de paysages vendu avec le view-master. Une version minie du jouet a aussi été faite sous forme de porte-clés utilisable.

AAA-view-master-PROJET-ELEVE-DESIGN_GRAPHIQUE-CROQUIS

Ainsi la version Rekall de l’objet est un casque de réalité virtuelle de la société où on peut voir des images de la publicité réalisée également pour la société.

C’est un moyen assez drôle et décoratif pour lier la publicité de la simulation (futuriste pour l’époque) et le rétro, représentant la jeunesse des clients.

Les références 

● Références (films, jeux vidéos) :

Total Recall, Valerian, Ready Player One, Blade Runner, Pub super U, HyperReality, AlteredCarbon, Sword Art Online, mission 3d spy kid, les vieux fourneaux, Bis, les vieux de la vieille

● Références photos :

Affiche du jeu Beyond: Two Souls

Exemple d’affiche pour la vr

Extrait du film Ready Player One

Paysage d’un jeu en vr

Side by side d’une actrice et de sa version en 3d pour le jeu Detroit: Become Human

Extrait d’un jeu fps

Goldorak

Croquis

AAA-CROQUIS-PROJET-ELEVE-DESIGN_GRAPHIQUE-

Rendu final du projet 

Marchandise de la société Rekall : un porte-clés retro

AAA-RENDU-PROJET-ELEVE-DESIGN_GRAPHIQUE-

Porte-clés réalisé en pâte à sel, peinture, utilisation d’objets divers, papier. Inspirations sont diverses et variées, le casque est retro de par sa forme assez extravagante et ses couleurs.

Le bout de papier représente les “bobines” que l’on mettais dans les view-master pour voir différents paysages.

Le casque ressemble à une tête de robot aux yeux fermés, cela fait référence à la rêverie, le repos et le voyage futuriste.

Les “tuyaux” sont ceux qui seront connectés au support pour faire fonctionner le casque.

Logo “Rekall” au dos.

Le storyboard de la publicité pour Rekall

Ce storyboard comporte 14 pages de 6 panneaux chacuns (sauf dernière page qui n’en contient que 4) donc un total de 82 panneaux.

La publicité sera d’une durée d’environ 2 min 25 s et sera diffusée sur internet ou dans les cinémas (ça pourrait être la version longue d’une pub qui passe à la télévision).

L’image sera colorée et saturée pour rappeler la mode du cinéma des années 70.

La musique ne sera pas vraiment présente, quelques notes de piano aux moments les plus émotifs seront suffisantes, les bruitages seront plus importants.

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-1

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-2

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-3

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-4

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-5

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-6

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-7

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-8

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-9

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-10

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-11

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-12

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-13

AAA-PROJET-ELEVE-DESIGN-GRAPHIQUE-STORYBOARD-14

ART ABSTRAIT : mouvement artistique du XXe siècle

ART ABSTRAIT : mouvement artistique du XXe siècle

Mouvement dominant du XXsiècle, l’art abstrait casse les standards artistiques traditionnels et créé une expérience visuelle basée sur le mariage des formes et de la couleur. Un courant avant-gardiste, issu de l’Est, qui révèle des artistes à la créativité novatrice et authentique.

Qu’est-ce que l’art Abstrait ?

 

Art contemporain, précurseur et audacieux, l’abstrait ouvre la voie d’une créativité nouvelle pour les artistes du XXe siècle. En opposition aux représentations figuratives traditionnelles, l’art abstrait invite l’imagination de celui qui le contemple. Ces compositions authentiques, baignées de formes, de couleurs et de lignes, ne cherchent pas à représenter la réalité, mais plutôt à suggérer une émotion, créer une expérience unique pour chaque spectateur.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

D’où vient ce nouveau mouvement artistique ?

La fin du XIXe siècle et ses multiples évolutions scientifiques ont amené de nombreuses libertés dans la création artistique. L’impressionnisme et le fauvisme ont donné l’opportunité aux peintres d’apprivoiser les nuances pour mimer la réalité. Les tracés commencent à se détacher pour laisser place aux touches plus suggestives. Plus tard, le cubisme vient imposer cette distance des formes en recomposant complètement la géométrie des scènes quotidiennes.

 

Ces évolutions artistiques notables ont initié le début de l’art abstrait. Les artistes s’affranchissent de toute figuration pour créer un art nouveau. Portés par l’apparition de la physique quantique et la théorie de la relativité, le début du XXe siècle remet en question la notion de réalité. Certains artistes ressentent le besoin de créer une nouvelle forme d’expression artistique, de s’ouvrir à une culture où l’imaginaire participe à la réalisation. Des lignes harmonieuses, associées à des courbes et d’autres taches de couleur posées sur la toile forment une œuvre travaillée, mais surtout libre. Dispensée de tout devoir de ressemblance avec une quelconque réalité.

Quels artistes se sont imposés comme les précurseurs de l’art Abstrait ?

Né à Moscou en 1866, Vassily Kandinsky est considéré comme le précurseur de cet art moderne. Issu d’une famille aisée, il baigne dans la culture artistique dès son plus jeune âge en suivant régulièrement des cours de musique et de dessin. Il quitte la Russie en 1895 et part apprendre la peinture à Munich, où il crée avec d’autres artistes munichois, l’association Phalanx. C’est dans ce contexte qu’il rencontre Gabriele Münter, qui devient sa compagne.

Ensemble, il traverse l’Europe et l’Afrique du Nord puis retournent en Allemagne en 1908. C’est à cette période que la carrière de l’artiste nomade prend tout son sens. Il aborde le travail des couleurs de façon plus suggestive.

La Première Guerre mondiale le pousse à se retirer d’abord en Suisse, puis en Russie. Il consacre une grande partie de son temps à la rédaction d’une œuvre qui ne sera publiée qu’en 1926, « Point et ligne sur plan ».

De retour en Allemagne en 1921, il finit par s’installer à Paris en 1927. Entre 1907 et 1944, le peintre réalise environ 200 toiles. L’artiste s’éteint en 1944, à Neuilly-sur-Seine.

D’autres artistes qui ont marqué l’art abstrait :

 

  • František Kupka (1871-1957) : artiste d’origine tchèque, il est un des premiers à exposer des toiles non-figuratives en 1912 au Salon d’automne à Paris.

 

 

  •  Sonia et Robert Delaunay (1885-1977 / 1885-1941) : Le couple d’artistes se veut fusionnel et créatif. Ils se rencontrent à Paris en 1907 et partagent leur art dans l’expression de la couleur.

 

 

  • Jackson Pollock (1912-1956) : artiste américain, auteur de plus de 700 œuvres, il est l’un des protagonistes de l’expressionnisme abstrait. Influencé notamment par l’art indien et mexicain, il révolutionne la technique et inaugure la notion d’action painting (peinture gestuelle).

 

 

  • Willem de Kooning : (1904-1997) peintre hollandais naturalisé américain en 1962, il participe à l’émergence de l’expressionnisme abstrait. Il expose ses œuvres un peu partout à travers le monde, notamment au MoMA de New York, première institution à lui acheter une toile en 1948.

 

 

  • Victor Vasarely : (1906 – 1997) artiste franco-hongrois, fondateur du mouvement Op Art ou Art Optique. Il appréhende les illusions d’optique pour créer des œuvres abstraites et complexes.

Des artistes complets et complexes, aux techniques multiples et au regard créatif, ont porté ce mouvement artistique contemporain.

Au-delà de la simple action de reproduire, l’art abstrait se veut créateur d’expérience visuelle et émotionnelle

COVID-19 : comment l’Académie des Arts Appliqués assure le suivi pédagogique ?

COVID-19 : comment l’Académie des Arts Appliqués assure le suivi pédagogique ?

Nous vivons actuellement l’une des plus importantes crises sanitaires mondiale. Dans ce contexte si particulier, notre équipe pédagogique a dû faire preuve de réactivité et de professionnalisme pour permettre à nos étudiants de finaliser leur année dans les meilleures conditions possibles. Quelles dispositions ont été prises pour assurer les examens, comment se poursuit la scolarité des élèves et l’Académie des Arts Appliquées sera-t-elle prête pour assurer la rentrée 2020-2021 ? On fait le point.

Comment l’Académie des Arts Appliqués à réagi à l’annonce du confinement ?

 

L’Académie des Arts Appliqués, comme toutes les écoles, collèges, lycées, universités et centres de formation, a été informée de la mesure prise par le président de la République, Emmanuel MACRON, le jeudi 12 Mars vers 20h lors de son allocution télévisée.

Une décision que nous avions envisagée, mais pas aussi rapidement. Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, avait affirmé la semaine précédente, qu’il n’y aurait pas de fermeture systématique des établissements scolaires. Contrairement à l’Italie, la France se contenterait de confiner les plus touchés. C’était sans compter la rapidité de propagation de ce virus et l’ampleur qu’allait prendre cette épidémie.

Il a fallu expliquer à tous les élèves inquiets, avec pédagogie, que la formation allait bien évidemment se poursuivre. En tant que directeur, il était de mon devoir d’aller à la rencontre des étudiants pour répondre à leurs nombreuses interrogations, je me suis donc entretenu avec chaque classe, dès le lendemain, pour confirmer la fermeture de l’établissement et assurer le maintien des activités scolaires en cours et à venir.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Comment l’école a adapté son organisation pour permettre à ces élèves de passer leur examen ?

L’équipe pédagogique a dû revoir son organisation et bousculer sa méthodologie pour parvenir à assurer la continuité des activités. Le numérique c’est bien évidemment avéré être la méthode la plus pertinente et la plus évidente possible. Nos enseignants ont pris le temps de numériser les cours. Cette alternative a permis à la grande majorité des groupes de trouver leurs programmes, dès lundi, dans sa messagerie aux horaires habituels. Une réactivité nécessaire pour éviter une « rupture pédagogique ». Nos étudiants ont bénéficié d’un véritable suivi personnalisé, de leurs travaux.

Grâce au professionnalisme de l’équipe pédagogique, nous avons maintenu la date d’examen du mercredi 25 Mars, pour l’ensemble de l’école. Cette épreuve fut d’ailleurs un véritable challenge puisqu’il a fallu rassembler tous les sujets, les regrouper, les corriger, gérer une introduction par groupe puis les envoyer. Cette journée, qui s’est relativement bien passée malgré une saturation de notre serveur pour cause de fichiers trop volumineux et envoyés en masse, restera sans aucun doute dans les mémoires de l’école.

 L’Académie des Arts Appliqués sera-t-elle en mesure d’assurer la rentrée 2020-2021 ?

Aujourd’hui les programmes de fin d’année ont été repensés jusque début Mai, puis ensuite nous disposons déjà de deux options s en fonction de l’autorisation de ré-ouverture ou de prolongement du confinement.

Finalement cette période aura révélé la compétence et la réactivité exceptionnelle de l’équipe pédagogique ainsi que l’extraordinaire implication des élèves. Un constat qui laisse augurer deux très belles prochaines années avec ses étudiants, qui sans nouveaux virus, devraient redevenir beaucoup plus traditionnelles !

 

Dans ce contexte si particulier, nous voyons chaque jour des élans de solidarités et d’initiatives émerger. Nos étudiants, nos enseignants, à leur échelle, ont permis de rendre possible cette continuité. La priorité de l’Académie des Arts Appliqués est à présent de pouvoir retrouver nos élèves et notre équipe pédagogique, en bonne santé et prêt à reprendre leur crayon pour dessiner un futur beaucoup plus paisible.

Pin It on Pinterest