Lorsqu’on entreprend de faire des études dans une école d’art, il est nécessaire de savoir constituer sa “pochette” et sa “trousse” …

Petit ABCDaire du bon étudiant en école d’art. 

Pour commencer il parait nécessaire de préciser qu’un « bon étudiant en art », se doit de récupérer et glaner tout un tas de matières premières afin de se constituer une sorte de matériauthèque à demeure. Le matériel artistique pour étudier en art est onéreux, il n’y a donc pas de sottes économies en la matière. Même si, pour faire du bon travail il faut du bon matériel, la bonne attitude reste celle du système D. Il s’agira donc pour la future première année de se constituer une malle de bric à brac (colles, clous, laine, papiers en tout genre, tissus récupérés, cartons, etc.). L’étudiant en réalisant cette petite collecte régulière et curieuse, fera sur le long terme, de généreuses économies car il ne sera pas pris au dépourvu lorsqu’un professeur demandera la réalisation d’une maquette ou d’un vêtement prototype (et ce n’est qu’un exemple) …. Puisant dans sa matériauthèque l’étudiant n’aura alors pas besoin de courir toutes les semaines dans les magasins spécialisés et réputés chers. 

A chaque rentrée, l’Académie des Arts Appliqués, en partenariat avec des fournisseurs de la place, propose aux étudiants un pack de matériel. Bien qu’un cours spécial soit dispensé en début d’année afin d’en découvrir son contenu, voici ce que l’étudiant utilisera le plus souvent au cours de ses trois années de Bachelor. 

Dans sa trousse, qui ressemblera davantage à une caisse à outils, il devra toujours être muni de crayons de couleurs, d’une variété de crayons à papier (l’un comme pour l’autre, il ne faut pas hésiter à prendre des boites de marque reconnu), d’une gomme blanche et d’une gomme mie de pain, de feutres à alcool, d’une série de stylos et feutres noires aux mines diverses et variées. Il devra également posséder en permanence avec lui des pinceaux à bouts ronds et carrés pour réaliser respectivement des touches et des aplats. Il veillera également à posséder une règle métallique de 50 cm, une équerre, du scotch repositionnable, des colles diverses, de la pâte à fixe, des ciseaux, un cuter et une planche à découper. 

Dans le vaste univers du papier, il lui faudra du A4, du A3, du format raisin et cela à divers grammages. Plus une feuille est épaisse plus elle offre de potentialité. Il ne faut pas lésiner sur les feuilles de papiers car elles conditionnent réellement le rendu des travaux. Etant donné le climat pluvieux de nos régions, il est préférable d’investir dans une grande pochette de dessin et son sac à anse pour protéger les travaux réalisés dans un espace hermétique.

L’étudiant en art aura également besoin de peinture acrylique (les trois couleurs primaires, du blanc et du noir en plus). Il lui faudra également investir dans une petite boîte d’aquarelle. Comme pour les crayons de couleur et à papier il ne faut pas prendre les premiers prix des grands discounts car les pigments n’y sont pas bons. Cela est vrai pour la peinture acrylique comme pour l’aquarelle. 

Là où l’étudiant peut faire des économies c’est en achetant en groupe ou via l’école car naturellement il pourra obtenir des prix intéressants.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Et puis … 

A l’école l’étudiant bénéficiera d’un casier dans lequel il pourra entreposer son matériel. Il lui faudra donc faire l’acquisition d’un petit cadenas. D’une manière générale l’étudiant en art est souvent chargé. C’est, disons, sa croix…. 

Pour chacun des outils cités dans cette généreuse liste, des cours particuliers seront enseignés afin d’en apprendre les techniques. Et puis parce qu’il effectuera d’autres expérimentations, l’étudiant aura besoin de fil et d’aiguilles à coudre, de terre auto-durcissante, de petit carnet pour aller peindre et dessiner à l’extérieur… 

Plus l’étudiant sera précoce et assidu dans sa collecte, plus il effectuera des économies. Plus il sera prévoyant, plus il pourra se concentrer sur la réalisation plutôt que sur la recherche de matériel au moment où il faut créer. 

Pour la partie théorique, l’étudiant aura besoin de feuilles libres à ranger dans un classeur. Il aura également de nombreux cours papiers auxquels il devra prendre soin s’il veut réussir.

Un étudiant organisé dans sa prise de note est un étudiant qui chemine vers sa réussite. Dans la mesure où de nombreux cours lui seront transmis informatiquement, il serait préférable qu’il ait un téléphone portable (notamment capable de prendre des photos, d’en recevoir) et/ou un ordinateur.

L’histoire des arts en Bachelor

L’histoire des arts en Bachelor

Pour beaucoup d’étudiants, les cours d’Histoire des Arts en Bachelor s’apparentent à une corvée dont ils se passeraient volontiers. Cette matière est souvent perçue par les futurs designers comme inutile et fastidieuse. Pourtant, elle est source de compréhension du monde, elle est pour le designer, ce que l’eau est à la carafe, c’est-à-dire un essentiel.

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

Peu importe qu’on ai un BAC S ou L, peu importe le chemin, ce qui importe c’est le sujet. Car, enfin, oui il s’agit bien des mêmes concepts qu’on les aborde en Philosophie, en Mathématiques, en Physique Quantique ou en Littérature. Trop souvent nos étudiants restent attachés à la manière d’enseigner d’un ou plusieurs professeurs et n’ont pas toujours eu la chance de goûter à la vraie essence des matières abordées en terminale.

De la Philosophie en Bachelor Design ?

De la Philosophie en Bachelor Design ?

C’est là toujours un grand sujet d’étonnement lorsque les étudiants apprennent qu’à l’Académie des Arts Appliqués, en Bachelor il y a de la Philosophie. “Ah bon ? Mais pour quoi faire ?…”

Pin It on Pinterest

Share This