L’histoire des arts en Bachelor

L’histoire des arts en Bachelor

Pour beaucoup d’étudiants, les cours d’Histoire des Arts en Bachelor s’apparentent à une corvée dont ils se passeraient volontiers. Cette matière est souvent perçue par les futurs designers comme inutile et fastidieuse. Pourtant, elle est source de compréhension du monde, elle est pour le designer, ce que l’eau est à la carafe, c’est-à-dire un essentiel.

Pourquoi le designer a besoin d’une solide culture générale ?

Un bon designer est un professionnel qui détient une solide culture générale artistique et une excellente culture spécialisée notamment dans son secteur de prédilection. Dans toutes créations achevées, il doit en effet être capable de faire tout ou en partie référence à de grands classiques. A chaque création un message, une idée, une innovation. Aucun artiste, aucun designer ne saurait faire abstraction de ce qui a été réalisé par le passé. Un bon designer est celui qui sait observer les besoins de ses contemporains et les traduire en matière artistique ou esthétique. S’il ne connait aucune œuvre, il est comme une coquille vide, il ne produit rien. La référence est comme une fondation, elle nourrit tout projet, elle ouvre l’esprit. Elle projette et construit la pensée. Entre ruptures et continuités, elle permet donc au designer de cheminer perpétuellement. 

On peut penser au tableau de Vermeer “la laitière” et la reprise de cette peinture célèbre pour les produits laitiers.

la pyramide du Louvre

la laitiere de vermeer

L’Histoire des Arts à l’Académie des Arts Appliqués

L’Académie des Arts Appliqués s’attache particulièrement à dispenser aux étudiants une réelle culture générale. Même si cela nécessite de la part des étudiants de réels efforts d’apprentissages, de curiosité et de mémoire. 

La première année est consacrée à l’apprentissage de la base de la culture artistique. Le programme couvre l’ensemble de la création artistique, soit de l’art pariétal (sur les murs) à nos jours, en passant bien entendu par l’Antiquité, le Moyen Age, la Renaissance, le Classicisme et tous les mouvements des avants gardes. A la fin de la première année les étudiants auront également abordé l’art actuel, c’est-à-dire l’art de 1945 à nos jours (celui qu’on trouve dans les musées d’art contemporain). Ils auront également étudié l’ensemble des continents. 

La deuxième année est dédiée à la culture générale spécialisée du secteur dédié dans lequel l’étudiant s’est engagé. Un étudiant en Bachelor Graphisme abordera par exemple toute l’histoire de l’écriture, du livre, de la typographie et de l’image en générale. Il devra également détenir une solide connaissance de l’histoire de la communication dont il sera le digne héritier. A contrario, un étudiant en Bachelor Espace étudiera la naissance des villes et toutes les formes architecturales, tous les grands concepts symboles et utopies que le monde a connu. Il abordera également toute l’histoire des objets liés à l’habitat et leur style. Ou encore à titre d’exemple, un étudiant en Bachelor Mode découvrira toute l’histoire de la mode et du costume, de la nuit des temps jusqu’à nos jours. Il découvrira les grands créateurs, les grands défilés et toute l’histoire des tissus et des motifs.

La troisième année est une année de consolidation des acquis par un enseignement transversal. Les cours se font désormais traditionnellement, sous forme de séminaires. Il s’agit d’aborder de grands sujets qui ont fait et défait de tous temps les civilisations, comme le Temps, la Mémoire, le Corps, le Pensée, les Savoirs, le Sacré et le Profane par le biais des Arts et des œuvres d’arts…

Pour réussir que faut-il faire ?

Pour tenir ce programme fastidieux, il faut faire preuve de ténacité et de rigueur. Il faut travailler très régulièrement et sans relâche. Il est naturellement indispensable de savoir prendre des notes et réviser tous les soirs afin d’assimiler la grande quantité des œuvres et des références abordées pendant les cours. Il est préférable de réviser avec des images et surtout de ne jamais manquer un cours d’Histoire des Arts. Il est évidement attendu des étudiants qu’ils complètent leurs découvertes autant que faire se peut car une donnée n’est véritablement acquise que lorsqu’elle est retravaillée personnellement.

Des cours de méthodologie de prise de note et d’apprentissage sont dispensés en début de Bachelor première année afin de donner de bons outils aux étudiants.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Comment mettre à profit ce qu’on a étudié en Histoire des Arts dans les autres cours ?

L’Histoire des Arts offrent un terreau formidable pour « entrer en création ou en réflexion ». Au cours de l’histoire de l’art de nombreuses questions propres à la matière artistique se sont posées aux artistes et les réponses qu’ils ont su apporter sont aujourd’hui comme un immense trésor infinie dans lequel on peut puiser à souhait. Il est par ailleurs un support extraordinaire de communication. Il y a des architectures, des tenues ou encore des images célèbres qui connotent dès le premier regard, qui délivrent immédiatement un message clair à l’observateur. Il est donc indispensable pour le futur designer de connaitre l’ensemble des références qui jalonnent le cours de l’histoire de l’art. Que ce soit une couleur, une matière, un motif, une technique, une forme, un mot, un sigle, l’histoire de l’art regorge d’idées supports que l’étudiant peut revisiter à souhait et cela dès les premières esquisses et jusqu’à l’achèvement de l’œuvre créative. L’Histoire des Arts est donc une matière à réinvestir dans tous les autres cours, en dessin, comme en arts plastiques, dans les matières professionnelles, comme en dissertation…

pochette des beatles, la joconde, tailleur de coco Chanel, lacoste …

Pour réussir dans cette matière pédagogique à part entière, l’étudiant trouvera toujours un soutien inconditionnel de la part de l’équipe de l’Académie des Arts Appliqués. Mais il reviendra évidemment à l’étudiant d’apprendre et d’être toujours curieux des expositions qui l’entourent afin de se constituer comme une sorte de bibliothèque nouvelle. Alors il sera toujours au fait de l’actualité et trouvera plus facilement des idées quand il s’agira d’être en création.

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

Une des principales inquiétudes des étudiants qui entrent en Bachelor Design est toujours de savoir s’ils auront le niveau nécessaire pour suivre les cours de Sciences et de Français. Qu’ils soient issus d’un Bac S, ils seront effrayés par le Français, ou d’un Bac L, ils auront en horreur les Sciences. Voilà, un triste bilan de l’impression que certaines matières générales auront laissé à nos bacheliers. Est-il encore important de préciser qu’à l’école, on apprend essentiellement les outils pour comprendre ou essayer de maitriser des sujets, d’aborder de grands concepts. Peu importe qu’on ai un BAC S ou L, peu importe le chemin, ce qui importe c’est le sujet. Nos cerveaux et nos conceptions du Temps et de l’Espace diffèrent. C’est la richesse de la compréhension humaine. Le concept est primordial, l’outil utilisé non. Car, enfin, oui il s’agit bien des mêmes concepts qu’on les aborde en Philosophie, en Mathématiques, en Physique Quantique ou en Littérature. Trop souvent nos étudiants restent attachés à la manière d’enseigner d’un ou plusieurs professeurs et n’ont pas toujours eu la chance de goûter à la vraie essence des matières abordées en terminale.

Des Sciences et du Français mais pour quoi faire ?

Alors oui, bien sur, il y a des Sciences et du Français en Bachelor Design. Ces matières ont un intérêt très spécifique dans un cursus artistique et c’est là l’enjeu de cet article.

 

Pour commencer il parait primordial de revenir sur un point essentiel, sur un principe de base trop souvent balayé d’un revers de stéréotypes bien ancrés. Un professionnel dans le secteur artistique, quelque soit son métier, possède une réelle démarche scientifique. Pour travailler tous les jours avec la matière artistique, il est absolument nécessaire d’être très rigoureux dans son approche, comme il est primordial de pouvoir laisser vagabonder son imagination. C’est là un point essentiel que nombre d’étudiants ont du mal à comprendre. Travailler la matière artistique ce n’est pas quelque chose d’aléatoire. On a jamais de bonnes idées comme ça…. La création est le fruit d’une approche méthodologique particulière. Trois années ne sont pas de trop pour comprendre cette démarche propre au milieu.

 

Les Sciences utilisent les mathématiques comme langage et le Français dont on parlera désormais davantage sous la forme d’Expression Écrite, utilise lui, la grammaire et l’orthographe. Il est important de maîtriser ces outils car ils permettent à l’étudiant de comprendre fondamentalement l’essence des choses abordées. La maîtrise de la grammaire et de l’orthographe par exemple démontre que l’on comprend intrinsèquement ce que l’on écrit. Ce qui s’énonce clairement se comprend facilement dit l’écrivain….

En Bachelor Design les Sciences sont appliquées. Cela signifie que pour la première fois peut être certain étudiant trouveront une application concrète à ce qu’ils apprennent. S’il faut, par exemple, concevoir des vêtements hydrofuges pour une compagnie maritime, il sera nécessaire non seulement d’utiliser les bons textiles mais également de comprendre la réaction des dits textiles au contact de l’eau car sinon le sujet n’est pas maîtrisé. Si l’étudiant désire concevoir une architecture et qu’il ignore la résistance des matériaux entre le bois et le béton, il ne pourra jamais prétendre être un professionnel sérieux. Ou encore, si un Graphiste réalise un logo pour une marque qu’il souhaite imprimer sur différents supports, il devra maîtriser la chimie des encore et leurs réactions aux différents supports. Les Sciences en arts ont un intérêt particulier, et les outils qui permettent son approche doivent être maîtrises.

 

En Bachelor Design, l’Expression Écrite est toute aussi importante. Elle permet à l’étudiant d’aborder l’analyse des images fixes comme celles cinématographiques, d’entrer en Recherche et de trouver finalement son écriture personnelle, entendons par là, les concepts clés et le fil conducteur qui animent les créations réalisées par l’étudiant au cours des trois années de Bachelor. Il s’agit également d’acquérir les moyens d’aborder les écrits des grands artistes ou penseurs. Des idées poétiques à la poïétique, c’est-à-dire la démarche créative singulière, il n’y a qu’un pas, et il conviendra à l’étudiant de l’aborder pendant son cursus.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Outils, dépassement de soi et suivi

La grammaire et l’orthographe sont essentielles pour se faire comprendre. Sans elles, la langue française n’a pas de colonne vertébrale. Les mathématiques permettent, elles, de manipuler des données pour parvenir à des formes de créations tangibles et réalisables. L’utopie si elle existe en art, est un concept à part entière…

 

Pour comprendre ces outils il suffit parfois d’avoir acquis juste un peu de maturité et d’avoir enfin esquissé l’horizon d’une pensée articulée à un projet. Il est important de se défaire des complexes scolaires que l’on peut trainer depuis des années. Il est primordial de ne plus croire qu’untel ou untel n’est pas fait pour les Sciences ou le Français. Car cela est faux. Pour réussir il faut déplacer son mental et surtout se défaire des échecs passés car ils empêchent de nouvelles découvertes.

 

Alors oui bien sur, il faudra disserter et écrire. Alors oui bien sur, il faudra diviser, multiplier et réaliser des équations. Mais à l’Académie des Arts Appliqués, l’équipe enseignante encadre suffisamment les étudiants pour leur permettre de progresser à leur rythme et comprendre leurs fondamentaux. Peu importe le cursus, chacun d’entre nous est capable de comprendre l’ensemble de ces outils et de les maîtriser en vue de finalités artistiques.

De la Philosophie en Bachelor Design ?

De la Philosophie en Bachelor Design ?

C’est là toujours un grand sujet d’étonnement lorsque les étudiants apprennent qu’à l’Académie des Arts Appliqués, en Bachelor il y a de la Philosophie.

“Ah bon ? Mais pour quoi faire ?…”

Il semble important de commencer cet article par un point. A proprement parlé il ne s’agit pas de cours de Philosophie mais d’Esthétique. En effet, à l’Académie des Art Appliqués, en Bachelor, les étudiants ont, et cela dès la première année, des cours d’Esthétique.

L’Esthétique est en fait une discipline de la Philosophie. Elle permet de réfléchir à la perception, au sens des choses, au beau qu’il soit dans la nature ou dans l’art. L’Esthétique est exclusivement tournée vers l’art et tous les concepts qui lui sont rattachés. Elle peut, par exemple, se rapporter aux émotions provoquées par une œuvre d’art, ou encore au jugement de goût, à celui d’une œuvre, ou enfin à tout ce qui pourrait se définir comme beau, utile ou fonctionnel. Dans le langage courant « esthétique » veut bien souvent dire « beau ». Mais lorsqu’il est utilisé comme nom, « esthétique » désigne le plus souvent l’apparence des choses. Il est alors souvent synonyme de design.

L’Esthétique est une discipline qui fait partie de la théorie de l’art. Elle a pour vocation de donner les moyens aux étudiants de comprendre le monde de l’art, de le structurer. Le Design qui appartient au vaste champ des arts et des sciences de l’art, recouvre-lui, une pratique et une théorie particulière. Il a ses propres codes, ses propres règles, son histoire propre, une démarche créative singulière qu’il convient de comprendre avant de se lancer en création.

À l’Académie des Arts Appliqués, au cours du Bachelor, d’autres matières appartenant au champ de la théorie de l’art sont enseignés, tels que de l’Histoire de l’Art, la Culture Design, la Sémiologie, etc..

De l’Esthétique dès la première année 

L’Esthétique dans la formation artistique a pour vocation d’ouvrir la pensée sur le fait artistique, c’est à dire l’œuvre, sa création, son jugement à travers le temps et plus particulièrement sur la période contemporaine. Qu’est-ce qu’une œuvre au XXIème siècle ? Comment fait-elle sens et quels sont ces enjeux ? Quel est le rôle de l’art dans une société ? Si l’art est l’apanage d’une société en bonne santé, l’art est-il pour autant toujours bien perçu ? Pourquoi cela pose des problèmes ? Pour répondre à l’ensemble de ces questions, cela suppose naturellement d’aborder les différentes périodes, de la Modernité à la Postmodernité, de l’Antiquité grecque aux contemporains. Car comment être un créatif dans notre société actuelle sans tenter de comprendre les enjeux qui la jalonnent ? Comment créer quotidiennement sans maitriser l’aléatoire de la chose artistique ?

L’Esthétique permet aux étudiants d’apprivoiser la démarche créative, de la structurer et de la nourrir. Dès la première année les étudiants ont donc de l’Esthétique. Organisé comme un laboratoire d’échange, ce cours offre dans la semaine comme une « respiration salutaire » aux étudiants qui sont bien souvent très pris mentalement par leurs créations pratiques. Il ne nécessite aucune connaissance préalable. Il s’adresse aux êtres pensants qui tentent de créer des œuvres design pour leurs contemporains. Dès la fin de la première année, les étudiants sont alors amenés à comprendre que dans toutes démarches créatives, une pensée structure le projet. Ils possèdent alors les rudiments théoriques des sciences de l’art pour entrer en deuxième année, dans leurs voies de spécialisations.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

De l’Esthétique en deuxième et troisième année 

En deuxième année et troisième année, le volume horaire destiné à l’Esthétique diminue progressivement. L’objet est d’approfondir les bases évoquées en première année et d’aborder les grands thèmes qui font et défont nos sociétés modernes. Il s’agit en effet de donner quelques clés de compréhension afin que les étudiants puissent construire un projet professionnel solide. En deuxième et troisième année chaque étudiant est effectivement amené à entrer véritablement en recherche et à développer une écriture personnelle, singulière. Les grands thèmes abordés en Esthétique ne sont en réalité que des prétextes pour pouvoir accompagner la réflexion des étudiants et cela de manière transversale et introspective. En abordant la perception sensorielle, l’essence et la perception du beau, le temps, l’espace et le goût, l’objet sera bien de construire une métaphysique à chaque projet. C’est d’ailleurs en ce sens que l’étudiant sera progressivement inclus au cours du Bachelor à la grande théorie de l’art. En devenant professionnel dans le secteur, il participe en effet pleinement aux enjeux sociétaux et artistiques qui font et défont nos sociétés. Il n’y a pas de projets pérennes sans pensées solides, il n’y a pas d’œuvre design, sans concepts préalables.

 Il s’agira pour l’étudiant de prendre conscience assez vite de l’importance de l’Esthétique dans sa formation, non pas pour en devenir un spécialiste mais bien pour structurer son approche, tant sur le plan théorique que sur le plan de sa pratique professionnelle. Nul Designer ne saurait se priver d’une démarche conceptuelle préalable à la réalisation car alors de Design il n’y aurait pas. Il appartient à l’étudiant entrant en Bachelor de comprendre que le secteur du Design nécessite un esprit scientifique et rigoureux. Aucune création n’est sérieusement envisageable sans une démarche conceptuelle au préalable. Dessiner ne suffit pas. Il faut réfléchir au besoin de la société pour être un bon créatif. Cet esprit curieux et dynamique est un gage d’emploi pour le futur professionnel. Toujours alerte, avec cette méthode conceptuelle, le Bachelor sortant saura toujours se poser les bonnes questions de création au bon moment, c’est-à-dire pour la société dans laquelle il vit et crée.

Le matériel en école d’art

Le matériel en école d’art

Lorsqu’on entreprend de faire des études dans une école d’art, il est nécessaire de savoir constituer sa “pochette” et sa “trousse” …

Petit ABCDaire du bon étudiant en école d’art. 

Pour commencer il parait nécessaire de préciser qu’un « bon étudiant en art », se doit de récupérer et glaner tout un tas de matières premières afin de se constituer une sorte de matériauthèque à demeure. Le matériel artistique pour étudier en art est onéreux, il n’y a donc pas de sottes économies en la matière. Même si, pour faire du bon travail il faut du bon matériel, la bonne attitude reste celle du système D. Il s’agira donc pour la future première année de se constituer une malle de bric à brac (colles, clous, laine, papiers en tout genre, tissus récupérés, cartons, etc.). L’étudiant en réalisant cette petite collecte régulière et curieuse, fera sur le long terme, de généreuses économies car il ne sera pas pris au dépourvu lorsqu’un professeur demandera la réalisation d’une maquette ou d’un vêtement prototype (et ce n’est qu’un exemple) …. Puisant dans sa matériauthèque l’étudiant n’aura alors pas besoin de courir toutes les semaines dans les magasins spécialisés et réputés chers. 

A chaque rentrée, l’Académie des Arts Appliqués, en partenariat avec des fournisseurs de la place, propose aux étudiants un pack de matériel. Bien qu’un cours spécial soit dispensé en début d’année afin d’en découvrir son contenu, voici ce que l’étudiant utilisera le plus souvent au cours de ses trois années de Bachelor. 

Dans sa trousse, qui ressemblera davantage à une caisse à outils, il devra toujours être muni de crayons de couleurs, d’une variété de crayons à papier (l’un comme pour l’autre, il ne faut pas hésiter à prendre des boites de marque reconnu), d’une gomme blanche et d’une gomme mie de pain, de feutres à alcool, d’une série de stylos et feutres noires aux mines diverses et variées. Il devra également posséder en permanence avec lui des pinceaux à bouts ronds et carrés pour réaliser respectivement des touches et des aplats. Il veillera également à posséder une règle métallique de 50 cm, une équerre, du scotch repositionnable, des colles diverses, de la pâte à fixe, des ciseaux, un cuter et une planche à découper. 

Dans le vaste univers du papier, il lui faudra du A4, du A3, du format raisin et cela à divers grammages. Plus une feuille est épaisse plus elle offre de potentialité. Il ne faut pas lésiner sur les feuilles de papiers car elles conditionnent réellement le rendu des travaux. Etant donné le climat pluvieux de nos régions, il est préférable d’investir dans une grande pochette de dessin et son sac à anse pour protéger les travaux réalisés dans un espace hermétique.

L’étudiant en art aura également besoin de peinture acrylique (les trois couleurs primaires, du blanc et du noir en plus). Il lui faudra également investir dans une petite boîte d’aquarelle. Comme pour les crayons de couleur et à papier il ne faut pas prendre les premiers prix des grands discounts car les pigments n’y sont pas bons. Cela est vrai pour la peinture acrylique comme pour l’aquarelle. 

Là où l’étudiant peut faire des économies c’est en achetant en groupe ou via l’école car naturellement il pourra obtenir des prix intéressants.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Et puis … 

A l’école l’étudiant bénéficiera d’un casier dans lequel il pourra entreposer son matériel. Il lui faudra donc faire l’acquisition d’un petit cadenas. D’une manière générale l’étudiant en art est souvent chargé. C’est, disons, sa croix…. 

Pour chacun des outils cités dans cette généreuse liste, des cours particuliers seront enseignés afin d’en apprendre les techniques. Et puis parce qu’il effectuera d’autres expérimentations, l’étudiant aura besoin de fil et d’aiguilles à coudre, de terre auto-durcissante, de petit carnet pour aller peindre et dessiner à l’extérieur… 

Plus l’étudiant sera précoce et assidu dans sa collecte, plus il effectuera des économies. Plus il sera prévoyant, plus il pourra se concentrer sur la réalisation plutôt que sur la recherche de matériel au moment où il faut créer. 

Pour la partie théorique, l’étudiant aura besoin de feuilles libres à ranger dans un classeur. Il aura également de nombreux cours papiers auxquels il devra prendre soin s’il veut réussir.

Un étudiant organisé dans sa prise de note est un étudiant qui chemine vers sa réussite. Dans la mesure où de nombreux cours lui seront transmis informatiquement, il serait préférable qu’il ait un téléphone portable (notamment capable de prendre des photos, d’en recevoir) et/ou un ordinateur.

Je suis en Bac Pro et j’aimerais faire une école d’art mais je ne suis pas sûr….

Je suis en Bac Pro et j’aimerais faire une école d’art mais je ne suis pas sûr….

C’est le moment de prendre de grandes décisions pour son avenir, déterminer ses choix d’orientations pour apprendre un métier…

Et si vous vous orientiez dans le secteur du Design ?

Le Design mais pour quels métiers ? 

Le Design est un secteur professionnel porteur depuis plusieurs années. Il offre la possibilité de travailler dans plusieurs secteurs tels que ceux de l’habitat et de l’Architecture, de l’aménagement paysager urbain, du Graphisme avec l’édition, la publicité et la création d’images en général comme les affiches et les logos. Dans le secteur du Design on peut également travailler dans l’habillement ou être directeur artistique de collections de prêt-à-porter, créer les tendances ou encore participer aux événements de la Mode. On peut tout aussi bien travailler dans le secteur du Food Design ou de l’Evénementiel, aider, par exemple, les restaurateurs à mettre en valeur leurs plats, leurs restaurants ou encore aider les grands domaines à promouvoir leur patrimoine viticole. Bref, vous l’aurez compris, le Design est en fait un mot générique et il est porteur en termes d’emplois.

Pourquoi est-ce un avantage d’avoir fait un Bac Pro quand on veut faire du Design ? 

L’avantage, quand on vient d’un Bac Pro, est qu’on a déjà pas mal pratiqué avec ses mains. On connait la notion de projet, la phase technique, les différentes étapes de créations et de réalisations par lesquelles on doit passer pour fabriquer. C’est un grand atout. 

Dans le Bachelor Design qu’il soit en Mode, en Graphisme, en Espace ou dans le secteur de l’Evénementiel, il y a tout un pan de la formation qui s’articule autour de savoir-faire techniques. Pour faire aboutir un projet, il faut en effet travailler avec ses mains mais aussi avoir été capable en amont de concevoir le projet ainsi que son déroulé. Croyez-moi, avoir compris et acquis cette démarche est un réel avantage.

 Bien sûr, dans la formation du Bachelor il y a également tout une partie théorique et une méthodologie de travail qu’il conviendra d’acquérir mais les cours seront là pour vous permettre d’apprendre tout cela.

 Vous aurez également accès à de nouveaux outils d’expressions qui devraient vous permettre de renouer avec ce qui, dans un Bac Pro, aurait pu vous plaire.

J’ai peur de la théorie, je n’aime pas ça et c’est entre autres pour ça que j’ai choisi un Bac Pro ! 

A l’Académie des Arts Appliqués les Bachelors ont une pédagogie différente de ce que vous avez connu à l’école traditionnelle. Pour commencer, il y a beaucoup de cours de pratiques (comme par exemple du dessin, du nu, de la photo, de la réalisation de maquette ou de sculpture…) et il y a aussi de la théorie parce qu’elle permet de mieux concevoir les projets. Elle est importante parce qu’elle enrichie la démarche de création. Et l’un ne va pas sans l’autre. Pour être un bon Designer il faut quand même observer la société qui nous entoure afin de lui offrir ce dont elle a besoin. La pratique oui ! Mais articulée à une réflexion qui permet de faire évoluer la société ! … 

Tout au début de la première année de Bachelor, l’équipe pédagogique vous transmettra des outils et une méthodologie de travail qui devraient vous permettre de bien travailler à la fois dans la pratique et dans la théorie. C’est en ce sens que la pédagogie à l’Académie des Arts Appliqués est différente. Elle cherche toujours à créer des outils qui permettent aux étudiants la réussite dans tous leurs projets. 

Vous bénéficierez également toujours de soutien dans votre travail autant auprès des étudiants que des professeurs et de la direction.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Votre parcours c’est notre richesse 

Pour réussir dans une école d’art, il faut surtout avoir envie. Envie de créer, envie de découvrir toujours de nouvelles choses, envie de partager… La richesse d’une école d’art vient de la pluralité de ses étudiants. Plus vous avez un parcours qui parait étrange aux yeux des autres et plus vous avez, généralement, de choses à raconter, à expérimenter. C’est alors comme une grande aventure qui s’offre à vous car vous êtes en pleine possession de moyens techniques que vous pouvez mettre au service d’une autre formation et surtout d’une autre manière d’être au monde, de participer à la vie de la société. C’est comme une immense chance. C’est très motivant et très enrichissant de comprendre enfin comment utiliser tout ce que l’on sait, tout ce que l’on a appris pour le mettre au service d’un projet personnel professionnalisant. 

Il y a de forte chance que cette première année de Bachelor vous ouvre des portes que vous ignorez pour le moment. C’est également souvent une année forte en rencontres. Elle vous permet de quitter le monde du lycée pour entrer dans le vaste monde du travail.

Déroulement des années 

A l’issue de la première année où vous aurez acquis tous les fondamentaux vous choisirez un cœur de métier (vers quel Design ?). Ce choix déterminera bien entendu des cours. Quand on se destine à être Designer Mode on ne peut effectivement pas avoir les mêmes cours que si l’on se destine à devenir Designer Espace. Au cours de la deuxième année on se spécialise donc. On apprend le cœur de métier. Et puis vient la phase de stage en entreprise. Voilà pour vous un autre atout. Vous avez déjà connu cet aspect et c’est un point supplémentaire pour vous. Au cours de la troisième année vous deviendrez un expert et vous réaliserez un projet personnel professionnel. Vous serez alors prêt pour la vie active ! Et si, d’ici là, vous avez encore envie d’apprendre, vous aurez la chance de pouvoir poursuivre en BAC+5…

Je suis en Bac Pro et j’aimerais faire une école d’art mais je ne suis pas sûr….

Je suis en S et je veux faire de l’art

Au secours, je suis en Terminal S et je veux faire de l’art ? Comment expliquer ça ? Quels arguments donner à mes parents et à mes profs ? Est-ce que je serais fou de faire enfin ce truc qui me plaît depuis toujours, mais que je n’ai jamais osé faire parce que « l’art ça ne donne pas de travail ! Tout le monde sait ça… ». Bref vous avez fait S et, pourtant, ingénieur ce n’est pas franchement le job que vous imaginez pour vous dans l’avenir…. Il faut se l’avouer, dans notre société, il y a un problème avec la filière S. Tout le monde va en S, mais tout le monde n’a pas forcément envie de faire de l’ingénierie…

Savez-vous qu’il existe de nombreuses similitudes entre les études de S et la discipline requise pour réussir dans le cursus d’un Bachelor Design ?

La première chose importante à savoir c’est que :

Oui, le secteur Design embauche ! A conditions bien sûr d’être porteur de bons projets, être compétent et savoir frapper aux bonnes portes (avoir du réseau professionnel et être malin). Bien évidemment, à cette alchimie, il faut rajouter le travail. Il faut beaucoup travailler. Après cette année de BAC S, vous en savez quelque chose ! Donc voilà le premier argument : le secteur du Design est en plein essor et il embauche. Il est porteur aussi parce qu’à l’issue de ces 3 ans, vous obtenez un BAC +3 et ça, c’est de l’or pour une entreprise. Pourquoi ? Parce que vous avez beaucoup de connaissances, une expérience professionnelle et en début de carrière vous ne coûterez pas aussi cher qu’un BAC +5 sans pratique. Vous trouvez ça injuste ? C’est pourtant un principe de réalité… Dans la balance d’un chef d’entreprise, le rapport entre investissement et bénéfice est une donnée importante ! Il faudra vous y faire, la vie est cruelle ! Trêve de plaisanterie…

Le deuxième argument est celui-ci :

Pour réussir en Design, il faut beaucoup travailler. Vous ne voyez pas bien en quoi, c’est un argument ? Normal ! Pourtant, c’en est un. Tout simplement parce que dans la tête des gens, être dans une école d’art ce n’est pas sérieux. Ils ont généralement de nombreux préjugés, mais il ne faut pas leur en vouloir. Ce secteur est méconnu et plein de préjugés. C’est vrai que pour la plupart, le Design est un mot barbare et abstrait. « Ah, bon, on peut bosser dans le Design ? Mais euh en fait, on fait quoi ? ». Bon après tout, vous vous posez peut-être la même question. Elle est légitime, et vous trouverez la réponse dans d’autres articles, c’est certain. L’intérêt est de démontrer qu’étudier en Bachelor nécessite un réel investissement. Il faut compter entre 30 h et 40 h par semaine. Ouaip, c’est aussi intense que Médecine… L’assiduité est essentielle parce qu’en Perspective, c’est comme en Maths, si on ne va pas en cours, on est mort ! Le lendemain, on ne comprend plus rien. L’investissement personnel est vital, si on ne bosse pas le soir, on ne tient pas le rythme. En revanche, c’est énormément de travail, mais pour des matières nouvelles et que tu aimes et ça, ça change tout. Non !? On peut fournir énormément d’investissement quand on sait sur quoi ça débouche et que l’on constate ses progrès de jour en jour. Donc le deuxième argument : une école d’art, c’est beaucoup de travail. Ceux qui pensent encore que les artistes qui montent les marches à Cannes ou vivent de leur art ne travaillent pas, croient aux contes de fées. Les personnes qui réussissent dans le secteur du Design et de l’Art, sont celles qui travaillent pour !

Troisième argument :

Léonard de Vinci disait 99% de travail, 1% de talent. Autrement dit, pour réussir dans ce secteur, on a besoin d’être structuré, rigoureux, de raisonner et de s’investir dans un but précis. Il n’est pas nécessaire de savoir dessiner parce que ça, ça s’apprend. Par contre, la conjugaison de tous ces aspects, seul l’étudiant, qui sort de ce BAC S, peut les assembler de manière construite vers un projet professionnel gratifiant. Bref, vous l’aurez compris, la filière S est une préparation parfaite, car pour réussir en Arts, il faut être très scientifique dans son approche. La rigueur, l’investissement et l’organisation sont indissociables de l’accomplissement d’un Bachelor Design. 

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Bien sûr, on aurait tort de croire qu’il ne faut que cela pour réussir. La créativité, l’ouverture d’esprit, l’imagination sont essentielles, mais à nouveau, tout cela s’apprend. À l’Académie des Arts Appliqués, c’est toute une équipe pédagogique de professionnels sur lesquels les étudiants peuvent s’appuyer au quotidien. Des professeurs au secrétariat en passant par la direction, l’ensemble de l’équipe accompagne chacun de ses élèves vers la réussite. Et puis les autres filières peuvent être tout aussi porteuse pour évoluer en Arts. Au final le seul ingrédient réellement indispensable pour réussir, c’est l’envie. 

Il est temps qu’un jour, on apprenne à écouter ses convictions profondes même si elles semblent ahurissantes pour les autres. Le secteur du Design et de l’Art fait peur parce que les gens ignorent de quoi il est fait, et ce, à quoi il peut ouvrir. C’est à toi qu’appartient ton avenir. 

Il est temps d’apprendre à te faire confiance et à aller vers ce qui te plaît parce qu’avec ça, tout est possible !

Pin It on Pinterest