ART ABSTRAIT : mouvement artistique du XXe siècle

ART ABSTRAIT : mouvement artistique du XXe siècle

Mouvement dominant du XXsiècle, l’art abstrait casse les standards artistiques traditionnels et créé une expérience visuelle basée sur le mariage des formes et de la couleur. Un courant avant-gardiste, issu de l’Est, qui révèle des artistes à la créativité novatrice et authentique.

Qu’est-ce que l’art Abstrait ?

 

Art contemporain, précurseur et audacieux, l’abstrait ouvre la voie d’une créativité nouvelle pour les artistes du XXe siècle. En opposition aux représentations figuratives traditionnelles, l’art abstrait invite l’imagination de celui qui le contemple. Ces compositions authentiques, baignées de formes, de couleurs et de lignes, ne cherchent pas à représenter la réalité, mais plutôt à suggérer une émotion, créer une expérience unique pour chaque spectateur.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

D’où vient ce nouveau mouvement artistique ?

La fin du XIXe siècle et ses multiples évolutions scientifiques ont amené de nombreuses libertés dans la création artistique. L’impressionnisme et le fauvisme ont donné l’opportunité aux peintres d’apprivoiser les nuances pour mimer la réalité. Les tracés commencent à se détacher pour laisser place aux touches plus suggestives. Plus tard, le cubisme vient imposer cette distance des formes en recomposant complètement la géométrie des scènes quotidiennes.

 

Ces évolutions artistiques notables ont initié le début de l’art abstrait. Les artistes s’affranchissent de toute figuration pour créer un art nouveau. Portés par l’apparition de la physique quantique et la théorie de la relativité, le début du XXe siècle remet en question la notion de réalité. Certains artistes ressentent le besoin de créer une nouvelle forme d’expression artistique, de s’ouvrir à une culture où l’imaginaire participe à la réalisation. Des lignes harmonieuses, associées à des courbes et d’autres taches de couleur posées sur la toile forment une œuvre travaillée, mais surtout libre. Dispensée de tout devoir de ressemblance avec une quelconque réalité.

Quels artistes se sont imposés comme les précurseurs de l’art Abstrait ?

Né à Moscou en 1866, Vassily Kandinsky est considéré comme le précurseur de cet art moderne. Issu d’une famille aisée, il baigne dans la culture artistique dès son plus jeune âge en suivant régulièrement des cours de musique et de dessin. Il quitte la Russie en 1895 et part apprendre la peinture à Munich, où il crée avec d’autres artistes munichois, l’association Phalanx. C’est dans ce contexte qu’il rencontre Gabriele Münter, qui devient sa compagne.

Ensemble, il traverse l’Europe et l’Afrique du Nord puis retournent en Allemagne en 1908. C’est à cette période que la carrière de l’artiste nomade prend tout son sens. Il aborde le travail des couleurs de façon plus suggestive.

La Première Guerre mondiale le pousse à se retirer d’abord en Suisse, puis en Russie. Il consacre une grande partie de son temps à la rédaction d’une œuvre qui ne sera publiée qu’en 1926, « Point et ligne sur plan ».

De retour en Allemagne en 1921, il finit par s’installer à Paris en 1927. Entre 1907 et 1944, le peintre réalise environ 200 toiles. L’artiste s’éteint en 1944, à Neuilly-sur-Seine.

D’autres artistes qui ont marqué l’art abstrait :

 

  • František Kupka (1871-1957) : artiste d’origine tchèque, il est un des premiers à exposer des toiles non-figuratives en 1912 au Salon d’automne à Paris.

 

 

  •  Sonia et Robert Delaunay (1885-1977 / 1885-1941) : Le couple d’artistes se veut fusionnel et créatif. Ils se rencontrent à Paris en 1907 et partagent leur art dans l’expression de la couleur.

 

 

  • Jackson Pollock (1912-1956) : artiste américain, auteur de plus de 700 œuvres, il est l’un des protagonistes de l’expressionnisme abstrait. Influencé notamment par l’art indien et mexicain, il révolutionne la technique et inaugure la notion d’action painting (peinture gestuelle).

 

 

  • Willem de Kooning : (1904-1997) peintre hollandais naturalisé américain en 1962, il participe à l’émergence de l’expressionnisme abstrait. Il expose ses œuvres un peu partout à travers le monde, notamment au MoMA de New York, première institution à lui acheter une toile en 1948.

 

 

  • Victor Vasarely : (1906 – 1997) artiste franco-hongrois, fondateur du mouvement Op Art ou Art Optique. Il appréhende les illusions d’optique pour créer des œuvres abstraites et complexes.

Des artistes complets et complexes, aux techniques multiples et au regard créatif, ont porté ce mouvement artistique contemporain.

Au-delà de la simple action de reproduire, l’art abstrait se veut créateur d’expérience visuelle et émotionnelle

COVID-19 : comment l’Académie des Arts Appliqués assure le suivi pédagogique ?

COVID-19 : comment l’Académie des Arts Appliqués assure le suivi pédagogique ?

Nous vivons actuellement l’une des plus importantes crises sanitaires mondiale. Dans ce contexte si particulier, notre équipe pédagogique a dû faire preuve de réactivité et de professionnalisme pour permettre à nos étudiants de finaliser leur année dans les meilleures conditions possibles. Quelles dispositions ont été prises pour assurer les examens, comment se poursuit la scolarité des élèves et l’Académie des Arts Appliquées sera-t-elle prête pour assurer la rentrée 2020-2021 ? On fait le point.

Comment l’Académie des Arts Appliqués à réagi à l’annonce du confinement ?

 

L’Académie des Arts Appliqués, comme toutes les écoles, collèges, lycées, universités et centres de formation, a été informée de la mesure prise par le président de la République, Emmanuel MACRON, le jeudi 12 Mars vers 20h lors de son allocution télévisée.

Une décision que nous avions envisagée, mais pas aussi rapidement. Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, avait affirmé la semaine précédente, qu’il n’y aurait pas de fermeture systématique des établissements scolaires. Contrairement à l’Italie, la France se contenterait de confiner les plus touchés. C’était sans compter la rapidité de propagation de ce virus et l’ampleur qu’allait prendre cette épidémie.

Il a fallu expliquer à tous les élèves inquiets, avec pédagogie, que la formation allait bien évidemment se poursuivre. En tant que directeur, il était de mon devoir d’aller à la rencontre des étudiants pour répondre à leurs nombreuses interrogations, je me suis donc entretenu avec chaque classe, dès le lendemain, pour confirmer la fermeture de l’établissement et assurer le maintien des activités scolaires en cours et à venir.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Comment l’école a adapté son organisation pour permettre à ces élèves de passer leur examen ?

L’équipe pédagogique a dû revoir son organisation et bousculer sa méthodologie pour parvenir à assurer la continuité des activités. Le numérique c’est bien évidemment avéré être la méthode la plus pertinente et la plus évidente possible. Nos enseignants ont pris le temps de numériser les cours. Cette alternative a permis à la grande majorité des groupes de trouver leurs programmes, dès lundi, dans sa messagerie aux horaires habituels. Une réactivité nécessaire pour éviter une « rupture pédagogique ». Nos étudiants ont bénéficié d’un véritable suivi personnalisé, de leurs travaux.

Grâce au professionnalisme de l’équipe pédagogique, nous avons maintenu la date d’examen du mercredi 25 Mars, pour l’ensemble de l’école. Cette épreuve fut d’ailleurs un véritable challenge puisqu’il a fallu rassembler tous les sujets, les regrouper, les corriger, gérer une introduction par groupe puis les envoyer. Cette journée, qui s’est relativement bien passée malgré une saturation de notre serveur pour cause de fichiers trop volumineux et envoyés en masse, restera sans aucun doute dans les mémoires de l’école.

 L’Académie des Arts Appliqués sera-t-elle en mesure d’assurer la rentrée 2020-2021 ?

Aujourd’hui les programmes de fin d’année ont été repensés jusque début Mai, puis ensuite nous disposons déjà de deux options s en fonction de l’autorisation de ré-ouverture ou de prolongement du confinement.

Finalement cette période aura révélé la compétence et la réactivité exceptionnelle de l’équipe pédagogique ainsi que l’extraordinaire implication des élèves. Un constat qui laisse augurer deux très belles prochaines années avec ses étudiants, qui sans nouveaux virus, devraient redevenir beaucoup plus traditionnelles !

 

Dans ce contexte si particulier, nous voyons chaque jour des élans de solidarités et d’initiatives émerger. Nos étudiants, nos enseignants, à leur échelle, ont permis de rendre possible cette continuité. La priorité de l’Académie des Arts Appliqués est à présent de pouvoir retrouver nos élèves et notre équipe pédagogique, en bonne santé et prêt à reprendre leur crayon pour dessiner un futur beaucoup plus paisible.

L’histoire des arts en Bachelor

L’histoire des arts en Bachelor

Pour beaucoup d’étudiants, les cours d’Histoire des Arts en Bachelor s’apparentent à une corvée dont ils se passeraient volontiers. Cette matière est souvent perçue par les futurs designers comme inutile et fastidieuse. Pourtant, elle est source de compréhension du monde, elle est pour le designer, ce que l’eau est à la carafe, c’est-à-dire un essentiel.

Pourquoi le designer a besoin d’une solide culture générale ?

Un bon designer est un professionnel qui détient une solide culture générale artistique et une excellente culture spécialisée notamment dans son secteur de prédilection. Dans toutes créations achevées, il doit en effet être capable de faire tout ou en partie référence à de grands classiques. A chaque création un message, une idée, une innovation. Aucun artiste, aucun designer ne saurait faire abstraction de ce qui a été réalisé par le passé. Un bon designer est celui qui sait observer les besoins de ses contemporains et les traduire en matière artistique ou esthétique. S’il ne connait aucune œuvre, il est comme une coquille vide, il ne produit rien. La référence est comme une fondation, elle nourrit tout projet, elle ouvre l’esprit. Elle projette et construit la pensée. Entre ruptures et continuités, elle permet donc au designer de cheminer perpétuellement. 

On peut penser au tableau de Vermeer “la laitière” et la reprise de cette peinture célèbre pour les produits laitiers.

la pyramide du Louvre

la laitiere de vermeer

L’Histoire des Arts à l’Académie des Arts Appliqués

L’Académie des Arts Appliqués s’attache particulièrement à dispenser aux étudiants une réelle culture générale. Même si cela nécessite de la part des étudiants de réels efforts d’apprentissages, de curiosité et de mémoire. 

La première année est consacrée à l’apprentissage de la base de la culture artistique. Le programme couvre l’ensemble de la création artistique, soit de l’art pariétal (sur les murs) à nos jours, en passant bien entendu par l’Antiquité, le Moyen Age, la Renaissance, le Classicisme et tous les mouvements des avants gardes. A la fin de la première année les étudiants auront également abordé l’art actuel, c’est-à-dire l’art de 1945 à nos jours (celui qu’on trouve dans les musées d’art contemporain). Ils auront également étudié l’ensemble des continents. 

La deuxième année est dédiée à la culture générale spécialisée du secteur dédié dans lequel l’étudiant s’est engagé. Un étudiant en Bachelor Graphisme abordera par exemple toute l’histoire de l’écriture, du livre, de la typographie et de l’image en générale. Il devra également détenir une solide connaissance de l’histoire de la communication dont il sera le digne héritier. A contrario, un étudiant en Bachelor Espace étudiera la naissance des villes et toutes les formes architecturales, tous les grands concepts symboles et utopies que le monde a connu. Il abordera également toute l’histoire des objets liés à l’habitat et leur style. Ou encore à titre d’exemple, un étudiant en Bachelor Mode découvrira toute l’histoire de la mode et du costume, de la nuit des temps jusqu’à nos jours. Il découvrira les grands créateurs, les grands défilés et toute l’histoire des tissus et des motifs.

La troisième année est une année de consolidation des acquis par un enseignement transversal. Les cours se font désormais traditionnellement, sous forme de séminaires. Il s’agit d’aborder de grands sujets qui ont fait et défait de tous temps les civilisations, comme le Temps, la Mémoire, le Corps, le Pensée, les Savoirs, le Sacré et le Profane par le biais des Arts et des œuvres d’arts…

Pour réussir que faut-il faire ?

Pour tenir ce programme fastidieux, il faut faire preuve de ténacité et de rigueur. Il faut travailler très régulièrement et sans relâche. Il est naturellement indispensable de savoir prendre des notes et réviser tous les soirs afin d’assimiler la grande quantité des œuvres et des références abordées pendant les cours. Il est préférable de réviser avec des images et surtout de ne jamais manquer un cours d’Histoire des Arts. Il est évidement attendu des étudiants qu’ils complètent leurs découvertes autant que faire se peut car une donnée n’est véritablement acquise que lorsqu’elle est retravaillée personnellement.

Des cours de méthodologie de prise de note et d’apprentissage sont dispensés en début de Bachelor première année afin de donner de bons outils aux étudiants.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Comment mettre à profit ce qu’on a étudié en Histoire des Arts dans les autres cours ?

L’Histoire des Arts offrent un terreau formidable pour « entrer en création ou en réflexion ». Au cours de l’histoire de l’art de nombreuses questions propres à la matière artistique se sont posées aux artistes et les réponses qu’ils ont su apporter sont aujourd’hui comme un immense trésor infinie dans lequel on peut puiser à souhait. Il est par ailleurs un support extraordinaire de communication. Il y a des architectures, des tenues ou encore des images célèbres qui connotent dès le premier regard, qui délivrent immédiatement un message clair à l’observateur. Il est donc indispensable pour le futur designer de connaitre l’ensemble des références qui jalonnent le cours de l’histoire de l’art. Que ce soit une couleur, une matière, un motif, une technique, une forme, un mot, un sigle, l’histoire de l’art regorge d’idées supports que l’étudiant peut revisiter à souhait et cela dès les premières esquisses et jusqu’à l’achèvement de l’œuvre créative. L’Histoire des Arts est donc une matière à réinvestir dans tous les autres cours, en dessin, comme en arts plastiques, dans les matières professionnelles, comme en dissertation…

pochette des beatles, la joconde, tailleur de coco Chanel, lacoste …

Pour réussir dans cette matière pédagogique à part entière, l’étudiant trouvera toujours un soutien inconditionnel de la part de l’équipe de l’Académie des Arts Appliqués. Mais il reviendra évidemment à l’étudiant d’apprendre et d’être toujours curieux des expositions qui l’entourent afin de se constituer comme une sorte de bibliothèque nouvelle. Alors il sera toujours au fait de l’actualité et trouvera plus facilement des idées quand il s’agira d’être en création.

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

DES SCIENCES ET DU FRANÇAIS EN BACHELOR DESIGN

Une des principales inquiétudes des étudiants qui entrent en Bachelor Design est toujours de savoir s’ils auront le niveau nécessaire pour suivre les cours de Sciences et de Français. Qu’ils soient issus d’un Bac S, ils seront effrayés par le Français, ou d’un Bac L, ils auront en horreur les Sciences. Voilà, un triste bilan de l’impression que certaines matières générales auront laissé à nos bacheliers. Est-il encore important de préciser qu’à l’école, on apprend essentiellement les outils pour comprendre ou essayer de maitriser des sujets, d’aborder de grands concepts. Peu importe qu’on ai un BAC S ou L, peu importe le chemin, ce qui importe c’est le sujet. Nos cerveaux et nos conceptions du Temps et de l’Espace diffèrent. C’est la richesse de la compréhension humaine. Le concept est primordial, l’outil utilisé non. Car, enfin, oui il s’agit bien des mêmes concepts qu’on les aborde en Philosophie, en Mathématiques, en Physique Quantique ou en Littérature. Trop souvent nos étudiants restent attachés à la manière d’enseigner d’un ou plusieurs professeurs et n’ont pas toujours eu la chance de goûter à la vraie essence des matières abordées en terminale.

Des Sciences et du Français mais pour quoi faire ?

Alors oui, bien sur, il y a des Sciences et du Français en Bachelor Design. Ces matières ont un intérêt très spécifique dans un cursus artistique et c’est là l’enjeu de cet article.

 

Pour commencer il parait primordial de revenir sur un point essentiel, sur un principe de base trop souvent balayé d’un revers de stéréotypes bien ancrés. Un professionnel dans le secteur artistique, quelque soit son métier, possède une réelle démarche scientifique. Pour travailler tous les jours avec la matière artistique, il est absolument nécessaire d’être très rigoureux dans son approche, comme il est primordial de pouvoir laisser vagabonder son imagination. C’est là un point essentiel que nombre d’étudiants ont du mal à comprendre. Travailler la matière artistique ce n’est pas quelque chose d’aléatoire. On a jamais de bonnes idées comme ça…. La création est le fruit d’une approche méthodologique particulière. Trois années ne sont pas de trop pour comprendre cette démarche propre au milieu.

 

Les Sciences utilisent les mathématiques comme langage et le Français dont on parlera désormais davantage sous la forme d’Expression Écrite, utilise lui, la grammaire et l’orthographe. Il est important de maîtriser ces outils car ils permettent à l’étudiant de comprendre fondamentalement l’essence des choses abordées. La maîtrise de la grammaire et de l’orthographe par exemple démontre que l’on comprend intrinsèquement ce que l’on écrit. Ce qui s’énonce clairement se comprend facilement dit l’écrivain….

En Bachelor Design les Sciences sont appliquées. Cela signifie que pour la première fois peut être certain étudiant trouveront une application concrète à ce qu’ils apprennent. S’il faut, par exemple, concevoir des vêtements hydrofuges pour une compagnie maritime, il sera nécessaire non seulement d’utiliser les bons textiles mais également de comprendre la réaction des dits textiles au contact de l’eau car sinon le sujet n’est pas maîtrisé. Si l’étudiant désire concevoir une architecture et qu’il ignore la résistance des matériaux entre le bois et le béton, il ne pourra jamais prétendre être un professionnel sérieux. Ou encore, si un Graphiste réalise un logo pour une marque qu’il souhaite imprimer sur différents supports, il devra maîtriser la chimie des encore et leurs réactions aux différents supports. Les Sciences en arts ont un intérêt particulier, et les outils qui permettent son approche doivent être maîtrises.

 

En Bachelor Design, l’Expression Écrite est toute aussi importante. Elle permet à l’étudiant d’aborder l’analyse des images fixes comme celles cinématographiques, d’entrer en Recherche et de trouver finalement son écriture personnelle, entendons par là, les concepts clés et le fil conducteur qui animent les créations réalisées par l’étudiant au cours des trois années de Bachelor. Il s’agit également d’acquérir les moyens d’aborder les écrits des grands artistes ou penseurs. Des idées poétiques à la poïétique, c’est-à-dire la démarche créative singulière, il n’y a qu’un pas, et il conviendra à l’étudiant de l’aborder pendant son cursus.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

Outils, dépassement de soi et suivi

La grammaire et l’orthographe sont essentielles pour se faire comprendre. Sans elles, la langue française n’a pas de colonne vertébrale. Les mathématiques permettent, elles, de manipuler des données pour parvenir à des formes de créations tangibles et réalisables. L’utopie si elle existe en art, est un concept à part entière…

 

Pour comprendre ces outils il suffit parfois d’avoir acquis juste un peu de maturité et d’avoir enfin esquissé l’horizon d’une pensée articulée à un projet. Il est important de se défaire des complexes scolaires que l’on peut trainer depuis des années. Il est primordial de ne plus croire qu’untel ou untel n’est pas fait pour les Sciences ou le Français. Car cela est faux. Pour réussir il faut déplacer son mental et surtout se défaire des échecs passés car ils empêchent de nouvelles découvertes.

 

Alors oui bien sur, il faudra disserter et écrire. Alors oui bien sur, il faudra diviser, multiplier et réaliser des équations. Mais à l’Académie des Arts Appliqués, l’équipe enseignante encadre suffisamment les étudiants pour leur permettre de progresser à leur rythme et comprendre leurs fondamentaux. Peu importe le cursus, chacun d’entre nous est capable de comprendre l’ensemble de ces outils et de les maîtriser en vue de finalités artistiques.

De la Philosophie en Bachelor Design ?

De la Philosophie en Bachelor Design ?

C’est là toujours un grand sujet d’étonnement lorsque les étudiants apprennent qu’à l’Académie des Arts Appliqués, en Bachelor il y a de la Philosophie.

“Ah bon ? Mais pour quoi faire ?…”

Il semble important de commencer cet article par un point. A proprement parlé il ne s’agit pas de cours de Philosophie mais d’Esthétique. En effet, à l’Académie des Art Appliqués, en Bachelor, les étudiants ont, et cela dès la première année, des cours d’Esthétique.

L’Esthétique est en fait une discipline de la Philosophie. Elle permet de réfléchir à la perception, au sens des choses, au beau qu’il soit dans la nature ou dans l’art. L’Esthétique est exclusivement tournée vers l’art et tous les concepts qui lui sont rattachés. Elle peut, par exemple, se rapporter aux émotions provoquées par une œuvre d’art, ou encore au jugement de goût, à celui d’une œuvre, ou enfin à tout ce qui pourrait se définir comme beau, utile ou fonctionnel. Dans le langage courant « esthétique » veut bien souvent dire « beau ». Mais lorsqu’il est utilisé comme nom, « esthétique » désigne le plus souvent l’apparence des choses. Il est alors souvent synonyme de design.

L’Esthétique est une discipline qui fait partie de la théorie de l’art. Elle a pour vocation de donner les moyens aux étudiants de comprendre le monde de l’art, de le structurer. Le Design qui appartient au vaste champ des arts et des sciences de l’art, recouvre-lui, une pratique et une théorie particulière. Il a ses propres codes, ses propres règles, son histoire propre, une démarche créative singulière qu’il convient de comprendre avant de se lancer en création.

À l’Académie des Arts Appliqués, au cours du Bachelor, d’autres matières appartenant au champ de la théorie de l’art sont enseignés, tels que de l’Histoire de l’Art, la Culture Design, la Sémiologie, etc..

De l’Esthétique dès la première année 

L’Esthétique dans la formation artistique a pour vocation d’ouvrir la pensée sur le fait artistique, c’est à dire l’œuvre, sa création, son jugement à travers le temps et plus particulièrement sur la période contemporaine. Qu’est-ce qu’une œuvre au XXIème siècle ? Comment fait-elle sens et quels sont ces enjeux ? Quel est le rôle de l’art dans une société ? Si l’art est l’apanage d’une société en bonne santé, l’art est-il pour autant toujours bien perçu ? Pourquoi cela pose des problèmes ? Pour répondre à l’ensemble de ces questions, cela suppose naturellement d’aborder les différentes périodes, de la Modernité à la Postmodernité, de l’Antiquité grecque aux contemporains. Car comment être un créatif dans notre société actuelle sans tenter de comprendre les enjeux qui la jalonnent ? Comment créer quotidiennement sans maitriser l’aléatoire de la chose artistique ?

L’Esthétique permet aux étudiants d’apprivoiser la démarche créative, de la structurer et de la nourrir. Dès la première année les étudiants ont donc de l’Esthétique. Organisé comme un laboratoire d’échange, ce cours offre dans la semaine comme une « respiration salutaire » aux étudiants qui sont bien souvent très pris mentalement par leurs créations pratiques. Il ne nécessite aucune connaissance préalable. Il s’adresse aux êtres pensants qui tentent de créer des œuvres design pour leurs contemporains. Dès la fin de la première année, les étudiants sont alors amenés à comprendre que dans toutes démarches créatives, une pensée structure le projet. Ils possèdent alors les rudiments théoriques des sciences de l’art pour entrer en deuxième année, dans leurs voies de spécialisations.

Académie des Arts Appliqués

Découvrez nos modalités d’inscriptions

De l’Esthétique en deuxième et troisième année 

En deuxième année et troisième année, le volume horaire destiné à l’Esthétique diminue progressivement. L’objet est d’approfondir les bases évoquées en première année et d’aborder les grands thèmes qui font et défont nos sociétés modernes. Il s’agit en effet de donner quelques clés de compréhension afin que les étudiants puissent construire un projet professionnel solide. En deuxième et troisième année chaque étudiant est effectivement amené à entrer véritablement en recherche et à développer une écriture personnelle, singulière. Les grands thèmes abordés en Esthétique ne sont en réalité que des prétextes pour pouvoir accompagner la réflexion des étudiants et cela de manière transversale et introspective. En abordant la perception sensorielle, l’essence et la perception du beau, le temps, l’espace et le goût, l’objet sera bien de construire une métaphysique à chaque projet. C’est d’ailleurs en ce sens que l’étudiant sera progressivement inclus au cours du Bachelor à la grande théorie de l’art. En devenant professionnel dans le secteur, il participe en effet pleinement aux enjeux sociétaux et artistiques qui font et défont nos sociétés. Il n’y a pas de projets pérennes sans pensées solides, il n’y a pas d’œuvre design, sans concepts préalables.

 Il s’agira pour l’étudiant de prendre conscience assez vite de l’importance de l’Esthétique dans sa formation, non pas pour en devenir un spécialiste mais bien pour structurer son approche, tant sur le plan théorique que sur le plan de sa pratique professionnelle. Nul Designer ne saurait se priver d’une démarche conceptuelle préalable à la réalisation car alors de Design il n’y aurait pas. Il appartient à l’étudiant entrant en Bachelor de comprendre que le secteur du Design nécessite un esprit scientifique et rigoureux. Aucune création n’est sérieusement envisageable sans une démarche conceptuelle au préalable. Dessiner ne suffit pas. Il faut réfléchir au besoin de la société pour être un bon créatif. Cet esprit curieux et dynamique est un gage d’emploi pour le futur professionnel. Toujours alerte, avec cette méthode conceptuelle, le Bachelor sortant saura toujours se poser les bonnes questions de création au bon moment, c’est-à-dire pour la société dans laquelle il vit et crée.

Pin It on Pinterest